L'arrivée des Plectrophanes des neiges est un signe infaillible de l'approche de l'hiver. Ils nous arrivent des régions artiques où ils nidifient.Ils se nourrissent tout l'hiver dans les champs enneigés pour retourner au nord à la fonte des neiges. Leur aire d'hivernage s'étend presque jusqu'au centre des États-Unis, de l'est à l'ouest. Il est possible qu'au temps des sucres, les Bruants des neiges qui ont hiverné au nord-est des États-Unis aient déjà commencé leur migration vers leur aire de nidification. Ils sont alors plus visibles.

On les voit en volée. Ils se nourrissent de graines de mauvaises herbes dépassant la surface de la neige. Ils volettent d'une touffe à l'autre. À mesure que la volée glane les graines, certains oiseaux survolent les autres pour se poser devant eux, par vagues successives, jusqu'à ce que le champ soit nettoyé.

À l'Ile d'Orléan, avant les années soixante, on étendait des filets sur la neige pour les capturer. On y attachait des centaines de petits collets faits de crin de cheval. Des graines disséminées sur le filet attiraient les oiseaux de neige qui se prenaient par une patte. On n'avait alors qu'à les ramasser. Des brochettes d'oiseaux blancs se vendaient au marché St-Roch de Québec. Nos grands-mères les apprêtaient dans leur pâté ou leur ragoût. Un oiseau donnait deux petites bouchées de viande.